La vitamine b12


 

La vitamine B12 est une vitamine hydrosoluble dont le nom chimique est « cobalamine(s) », un nom qui rappelle qu’elle contient du cobalt. Les carences sont rares (hors végétaliens) mais graves car cette vitamine est impliquée dans des fonctions vitales de l’organisme.

Où se trouve la Vitamine B12 ?

Cette vitamine ne peut pas être synthétisée par l’être humain, elle doit absolument être apportée par l’alimentation. En effet, seules certaines bactéries ont la capacité de synthétiser la B12 : elle est ensuite cumulée sur la chaîne alimentaire jusqu’aux animaux, qui sont consommés par les humains et constituent leur seule source d’apport (hors supplémentation).
Les aliments d’origine végétale sont habituellement dépourvus de vitamine B12, sauf s’ils ont été exposés à une fermentation microbienne (comme le tempeh) ou contiennent de la levure (comme la bière ou le pain).
Les aliments qui apportent le plus de vitamine B12 sont les abats (foie, rognons), les fruits de mer (palourdes, poulpe, huîtres, moules), les poissons gras (anchois, maquereau, hareng, sardine).
La gelée royale produite par les abeilles est également une bonne source de B12 puisque 1 g (dose journalière souvent conseillée) en apporte 1,5 µg sur les 4 µg qui constituent un apport satisfaisant pour un adulte.
Il est conseillé d’apporter la vitamine B12 par petite dose (1 µg / prise) car son absorption est liée à une protéine nommée « facteur intrinsèque » : si les apports sont trop élevés d’un coup, cette protéine sera saturée et la B12 sera évacuée sans avoir été absorbée par l’organisme.

A quoi sert-elle ?

Du fait de son implication dans certaines réactions majeures dans l’organisme, la vitamine B12 s’avère nécessaire au fonctionnement de toutes les cellules et à la synthèse de l’ADN, entre autres.
Les autorités scientifiques européennes reconnaissent le rôle bénéfique de la vitamine B12 notamment dans les aspects suivants :
• La formation des globules rouges ;
• Le métabolisme énergétique ;
• Le fonctionnement adéquat du système immunitaire ;
• Les fonctions nerveuses et psychologiques…*
Par voie de conséquence, les conséquences d’une carence avancée (parmi lesquelles l’anémie) peuvent être graves.
Cependant, les premiers signes de carence sont souvent peu visibles et peu spécifiques : il s’agit souvent de troubles de l’humeur, fatigue, sensibilité aux infections... Il peut alors s’avérer intéressant de faire un bilan biologique complet auprès d’un professionnel de santé (pour comprendre d’où viennent les troubles).

Pourquoi parle-t-on toujours de la vitamine B12 aux végétariens ?

La B12 est exclusivement présente dans les produits animaux, par conséquent les végétaliens stricts, qui ne consomment pas de produits animaux (y compris les produits laitiers, les œufs et les produits de la ruche comme le miel) ont des apports quasi nuls.
Comme les stocks de cobalamine dans le foie sont importants, les signes cliniques de carence peuvent advenir plusieurs années après le début du régime végétalien ; il est donc fortement conseillé aux personnes qui évitent les produits animaux de se supplémenter en B12 d’origine synthétique (cyanocobalamine) ou issue de levure (comprimés de levure de bière…).
Certaines sociétés savantes recommandent également la supplémentation aux ovo-lacto-végétariens (qui ne consomment pas de chair animale).

Et dans les produits Kriss‑Laure ?

L’ensemble des produits de la gamme des Entremets, Potages et Tonics Kriss-Laure contient de la vitamine B12 ajoutée ou apportée naturellement via les protéines de lait présentes dans les produits.